LUCA Gherasim
[Salman Locker] (Bucarest 1913 - Parigi 1994)
TROST Dolfi
(Brăila, Romania 1916 - Chicago 1966)
Dialectique de la dialectique. Message adressé au Mouvement Surréaliste International
Luogo: Bucarest
Editore: S - Surrealisme
Stampatore: Imprimerie Slova - Bucarest
Anno: 1945
Legatura: brossura
Dimensioni: 21,2x15,8 cm.
Pagine: pp. 30 (2)
Descrizione: copertina con titoli in nero su fondo marron. Esemplare nella tiratura di 330 esemplari numerati su Vergé. Prima edizione.
Bibliografia: N. D.
Prezzo: € 280ORDINA / ORDER
Edizione di 559 esemplari complessivi suddivisi in 3 tirature: una tiratura di testa di 25 esemplari su papier Parchemin numerati con lettere dell'alfabeto da A a T; 203 esemplari su vélin Chamois numerati da 1 a 203; infine 330 esemplari su Vergé numerati da 204 a 534.

"Le contact brutal avec le point de vue du communisme réel, soviétique, sur l’avant-gardisme, bien que choquant, ne change pas totalement ses illusions [di Gherasim Luca]; preuve en est la tentative de 1945, la plus audacieuse, de fournir au matérialisme dialectique une infusion de découvertes (idées, techniques) avant-gardistes. Il s’agit du manifeste – écrit en collaboration avec Trost, en Roumanie, mais en français «Dialectique de la dialectique», un texte éblouissant, où les concepts hégéliens, déformés par Marx et Lénine (la négation, la négation de la négation, la dialectique etc.) sont distillées dans la cornue alchimique du surréalisme. Le surréalisme même y est conçu de manière marxiste, en tant que révolution permanente: « Le premier point sur lequel nous voudrions insister concerne la nécessité de maintenir le surréalisme dans un état continuellement révolutionnaire, état qui puisse nous offrir les solutions synthétiques (hégéliennes, matérialistes, inouïes), vainement attendues jusqu’à aujourd’hui d’ailleurs»; « nous pensons que le surréalisme ne peut exister que dans une opposition continuelle envers le monde entier et envers lui-même, dans cette négation de la négation dirigée par le délire le plus inexprimable et cela sans perdre… son pouvoir révolutionnaire immédiat». Concrètement, les deux auteurs du manifeste proposent, en tant que «méthode générale révolutionnaire propre au surréalisme», «l’amour», «la puissance destructrice de l’amour envers tout ordre établi» et «l’érotisation sans limites du prolétariat». L’amour même doit être tout neuf, révolutionnaire, c’està-dire «non-œdipien» car c’est seulement par l’érotisation sans limites que le prolétariat peut échapper aux complexes inconscients qu’il a par rapport à la bourgeoisie" (Marta Petreu, «Les idées politiques de Gherasim Luca dans sa période roumaine»SYNERGIES ROUMANIE, n. 2, 2007; pp. 57-64).